973
histoires-template-default,single,single-histoires,postid-973,stockholm-core-1.0.3,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,paspartu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
Title Image

Rencontres détenus-victimes

Rencontres détenus-victimes

Objectif

Créer un espace de parole où des personnes vivant les conséquences de la violence peuvent se rencontrer et dialoguer ensemble.

La justice réparatrice s’intéresse à la fois aux agresseurs pour les aider à prendre conscience de l’impact de leurs actes sur des personnes et sur la société, aux victimes pour les aider à se libérer des charges émotionnelles destructrices causées par l’acte criminel ainsi qu’à la communauté pour favoriser une meilleure compréhension et responsabilisation.

Dans un climat respectueux et sécuritaire, le Centre des services de justice réparatrice (CSJR) organise, depuis plus d’une quinzaine d’années, des rencontres entre des personnes judiciarisées, des personnes ayant été victimes et des membres de la communauté. Tenues autant en milieu carcéral qu’en dehors des murs, ces rencontres créent des espaces de parole où des victimes et des offenseurs non directs, ayant subi et commis un crime semblable, peuvent s’exprimer librement.

Les participants partagent ce qu’ils ont vécu, les conséquences de la violence dans leur vie et celle de leur entourage ainsi que les démarches de réparation réalisées ou à venir. Les discussions permettent des prises de conscience et des libérations. Quant aux membres de la communauté, qui participent à la démarche, ils symbolisent la société et apportent leur contribution comme citoyens. En plus de favoriser une diminution des préjugés, ces rencontres permettent une meilleure compréhension de part et d’autre.

Impacts pour les VICTIMES :

se libérer de charges émotionnelles liées à la violence subie (peur, tristesse, colère, culpabilité, honte, insécurité…) ;

retrouver la confiance et du pouvoir sur sa vie;

sortir de leur victimisation et se situer à égalité face aux autres.

Impacts pour les OFFENSEURS :

comprendre les torts qu’ils ont causés;

se responsabiliser, et ainsi aider à ne pas récidiver ;

sortir d’un rapport de pouvoir et poser des gestes de réparation.

 

Les séances, auxquelles les participants s’inscrivent de manière volontaire, prennent plusieurs formes, dont des rencontres de groupes et des face-à-face. Celles-ci se déroulent sur une période variant de trois à sept semaines, à raison d’une séance hebdomadaire. Une évaluation est également faite trois mois après la dernière rencontre. Chacune des séances est encadrée par des animateurs bénévoles, sélectionnés pour leurs qualités humaines et professionnelles, dont le rôle est d’assurer le bon déroulement des échanges et un rapport d’égalité entre les participants.

À l’origine de la création du CSJR, les rencontres détenus-victimes, qui ont lieu dans la grande région de Montréal ainsi que dans quelques régions du Québec, sont au coeur des actions de l’organisme.

« Depuis ces rencontres, je ne cesse de tirer des bénéfices positifs dans ma vie. Je me traite avec beaucoup plus de respect. C’est comme si je m’étais pardonnée d’avoir été victime d’un adulte. Je m’accueille avec tellement plus d’amour. Je reprends le pouvoir sur ma vie. Je me sens nettoyée d’un lourd fardeau. J’ai cessé de me demander ce que j’avais bien pu faire pour attirer cette situation.»

Carole, victime d’inceste

« De nous avoir fait confiance, ça m’a permis de mieux comprendre et de bien ressentir, toutes les peines et souffrances que vous avez en vous depuis plusieurs années. Toute cette confiance s’est transformée pour moi en confiance en moi, et là j’ai pu exprimer avec émotion les gestes que j’avais posés envers mes victimes, et voir toutes les conséquences que toute ma famille a subies. »

Paul, détenu

Centre de services de justice réparatrice (CSJR)

Le CSJR vise à aider des personnes touchées par un acte de violence en les accompagnant dans un processus réparateur basé sur le dialogue. Il cherche également à faire connaître la justice réparatrice dans la collectivité.