2116
histoires-template-default,single,single-histoires,postid-2116,stockholm-core-1.0.3,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,paspartu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
Title Image

Festival des savoirs partagés à Hochelaga

Festival des savoirs partagés à Hochelaga

Objectif

Lutter contre l’exclusion et favoriser les échanges.

Depuis 2008, le Festival des savoirs partagés rassemble, à la fin du mois d’août, des habitants du quartier Hochelaga et des citoyens d’autres milieux, qui osent se rencontrer pour partager les talents, les passions et les savoirs-faire des uns et des autres.

Organisé par l’organisme ATD Quart Monde, le Festival des savoirs partagés se déroule chaque année sur une période de quatre jours au parc Edmond-Hamelin, situé dans le quartier Hochelaga. Dans une ambiance conviviale et festive, des dizaines d’ateliers sont animés par et pour les citoyens du quartier et d’ailleurs. Ceux et celles qui le souhaitent peuvent proposer des ateliers touchant à toutes sortes de disciplines, telles que le sport, les travaux manuels, les arts et les sciences. Par exemple, cette année, un atelier de création de figurines à partir de perles fondues a été initié par un adolescent et un atelier de fabrication de voiture à partir de cartons recyclés a été animé par un père.

En plus de permettre la transmission de savoirs et de culture, cet événement favorise des rencontres et des échanges entre des personnes issues de milieux socio-économiques différents, qui n’ont pas l’occasion d’aller les uns vers les autres, dans un quartier fort diversifié.

« L’art et la culture nous rassemblent. »

Le slogan du festival, Partageons nos savoirs pour lutter contre l’exclusion, résume bien l’objectif derrière l’organisation d’un tel événement. Le Festival des savoirs partagés part de la conviction que tout le monde a des talents et peut les transmettre aux autres. Selon l’organisme ATD Quart Monde, peu à peu, le monde se parle et se découvre différemment à travers ce festival. Les enfants sont fiers de leurs parents, et vice versa. Ensemble, les citoyens prennent en main leur quartier et embellissent leur milieu de vie !

Bibliothèque de rue

Parallèlement au Festival des savoirs partagés, ATD Quart Monde propose une Bibliothèque de rue tout au long de l’année, ce qui permet à l’organisme de recruter des participants pour les festivités annuelles. Une à deux fois par semaine, des bénévoles se rendent au parc Edmond Hamelin, proposant aux enfants et aux familles du quartier de passer du temps autour des livres et de participer à des ateliers créatifs.

Ainsi, la lecture en bibliothèque de rue et en porte-à-porte permet à l’organisme d’être plus près du milieu de vie des familles et de rencontrer les parents. C’est dans les échanges provoqués par leur présence avec le livre qu’une certaine confiance s’installe graduellement entre les animateurs de la Bibliothèque de rue et les parents. Ce lien de confiance permet d’envisager des ateliers pour le Festival des savoirs partagés avec les habitants du quartier.

« Au Festival, tout le monde participe. Les parents aident aussi. Il faut rire à travers nos peines, ça change le moral de place ! Avec tous les participants, on forme une équipe, on n’a pas de jugement, c’est une complicité. Parce qu’ici, le monde est tellement triste et négatif. Mais en nous voyant, ça leur donne du positif. Ça montre qu’ensemble, on peut le faire ! Il faut se serrer les coudes. »

Une participante

« Je voulais que cette activité d’autodéfense se fasse parent-enfant, comme je l’ai fait avec mon fils. Pour moi, c’est un besoin de transmettre le savoir aux suivants, car le savoir reste. C’est montrer ça aux jeunes pour qu’eux autres mêmes développent leur propre savoir-faire. »

Un participant

« Les années de Bibliothèque dans la rue et de Festivals, ça a rapproché les familles entre elles, jusqu’aux personnes âgées. »

Une mère

En images

ATD Quart monde

ATD Quart monde a pour objectif l’éradication de l’extrême pauvreté et comme principe fondateur que ceux qui subissent cette situation doivent être les premiers acteurs de leur propre promotion. Il fait appel à l’engagement de chaque citoyen pour transformer les mentalités et poser des actes concrets de solidarité. Il propose aussi d’en faire un engagement durable en devenant volontaire-permanent. Présent au début du XXIe siècle dans une trentaine de pays au niveau de l’action et une centaine par le biais de correspondants, il travaille à la fois sur le terrain, et au niveau national et international.