État d’urgence
Portail unique au Québec, Réseau Outils de paix uni des organismes qui construisent l’harmonie sociale par la prévention active de la violence sous toutes ses formes.
outils de paix, paix, promotion de la paix, prévention de la violence, non-violence, diversité, droits humains, jeunesse, inclusion sociale
928
histoires-template-default,single,single-histoires,postid-928,stockholm-core-1.0.3,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,paspartu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
Title Image

État d’urgence

Title Image

État d’urgence

État d’urgence

Objectif

Contrer l’exclusion sociale et les préjugés face à la pauvreté.

Pour quelques jours, l’espace public se transforme en un espace artistique, dans lequel l’itinérance et l’exclusion deviennent la norme et où les participants et les visiteurs deviennent momentanément l’étranger. C’est l’État d’urgence à Montréal.

De 1998 à 2010, l’organisme Quand l’art passe à l’action (ATSA) a organisé annuellement un rendez-vous de solidarité sociale et de création au parc Émilie Gamelin sur la question de l’itinérance. L’événement, nommé l’État d’urgence, a réuni année après année le grand public et les sans-abris, ainsi que des artistes de renom, de la relève et des amateurs de toutes disciplines. L’évènement a continué sous le nom de Fin Novembre de 2011 à 2015 et reprendra la dénomination d’État d’Urgence pour l’édition 2017.

Dès le départ, les artistes Pierre Allard et Annie Roy, qui sont à la tête d’ATSA, souhaitaient créer une image forte par l’entremise de leur événement. Ils ont ainsi simulé un camp de réfugiés au centre-ville de Montréal ayant été pris d’assaut par des sans-abris à la recherche d’un refuge. L’événement s’est graduellement transformé en un rendez-vous festif favorisant les échanges. Un programme haut en couleur intégrait à la fois des artistes des arts du cirque, du théâtre, de la danse, de la musique, de la photographie, du cinéma, du conte ainsi que des installations d’arts visuels et des performances.

Ce village éphémère a provoqué des rencontres entre des individus de divers horizons, en plus de remettre en cause une conception convenue de la figure du sans-abri et de contrer les préjugés face à la pauvreté. Grâce à cet événement, ATSA a valorisé le respect, l’intégration et la rencontre.

Exposition 10 ans d’urgence

Après les 12 éditions de l’État d’urgence, l’ATSA a réuni sous forme d’exposition visuelle pluridisciplinaire une vingtaine d’artistes d’ici, du Canada et de l’étranger, qui ont présenté ou conçu une œuvre originale pour l’événement au fil des ans. Ces artistes ont donc tous réfléchi esthétiquement et humainement à la condition de l’itinérance et de la précarité et ont produit des œuvres de toutes sortes : vidéo, photographie, dessin, peinture, affiche, film d’archives, bande sonore et installation. Les œuvres présentées ont permis au public de jeter un regard pluriel et nuancé sur la réalité de l’autre, sur la pauvreté, la marginalité, la toxicomanie, la santé mentale et la solitude. L’exposition, qui s’est avérée une rencontre entre l’art et le monde de la rue, a été présentée à travers le Canada de 2010 à 2014.

En images

Photos : Martin Savoie

logo-atsa-2017-inverse_S

ATSA, Quand l’Art passe à l’Action

L’ATSA est un organisme à but non lucratif fondé en 1998 par les artistes Pierre Allard et Annie Roy. Sur un ton ludique et percutant, ils créent, produisent et diffusent des œuvres et événements transdisciplinaires sous forme d’interventions, d’installations, de performances ou de mises en scène réalistes motivées par le désir d’interpeller la population envers des causes sociales, environnementales et patrimoniales cruciales et préoccupantes.

Outils de paix

coordination@outilsdepaix.org