950
histoires-template-default,single,single-histoires,postid-950,stockholm-core-1.0.3,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,paspartu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
Title Image

Ateliers Guérison des mémoires

Ateliers Guérison des mémoires

Objectif

Aider des personnes à se réconcilier avec elles-mêmes et autrui.

Les ateliers Guérison des mémoires aident des personnes ayant été victimes d’un trauma collectif ou individuel à renouer avec leurs forces intérieures et à rebâtir des liens de confiance avec leur entourage et la société. Pour elles, c’est un pas de plus vers la guérison.

En octobre 2016, le Centre de service de justice réparatrice (CSJR) a piloté la première édition québécoise des ateliers Guérison des mémoires, en partenariat avec l’Institute Healing of Memories de Cape Town. Conçus par Michael Lapsley, l’un des héros de la lutte antiapartheid en Afrique du Sud, ces ateliers offrent une méthode éprouvée et structurée pour avancer d’un pas vers la guérison. Mis en oeuvre dans plusieurs régions du monde depuis 1998, ceux-ci s’adressent à toute personne traumatisée par la violence physique ou psychologique, qu’elle a vécue directement ou indirectement, comme agresseur, victime ou témoin.

Ainsi pendant trois jours, une vingtaine de participants et quatre animateurs, dont Michael Lapsley lui-même, se sont réunis à la Villa des Arts de Pierrefonds, au bord du lac des Deux-Montagnes. Hébergés sur place, ils ont pu développer, en plus des activités proprement dites de l’atelier, des liens d’échange et de confiance qui renforcent l’efficacité de leur démarche d’entraide et de guérison.

Les ateliers, qui font appel à divers outils dont la parole, le dessin, l’argile et les rituels, rassemblent des gens de divers horizons, dont des hommes et des femmes de tous les âges, des nouveaux arrivants, des autochtones et des allochtones, des francophones et des anglophones ainsi que des personnes à faibles revenus ou plus aisées. Cette diversité dans les groupes permet aux participants de dépasser les idées préconçues et de vivre une expérience d’entraide qui transcende les différences individuelles. Elle les invite également à reconnaître, au-delà de leur propre douleur, d’autres blessures profondes vécues par d’autres, en plus de favoriser la compassion et le soutien mutuel dans le groupe.

En octobre 2017, une deuxième édition est prévue. Le CSJR, souhaite que Michael Lapsley et ses collègues animateurs forment des animateurs québécois, afin que des ateliers Guérison des mémoires puissent avoir lieu plus fréquemment dans la région.

« Aujourd’hui, je me sens mieux avec les gens et avec moi. »

« J’ai trouvé très aidant de faire partie d’un groupe de personnes qui travaillent sur leurs propres traumas. Chacun des pas vers la guérison que les autres faisaient m’aidait aussi à guérir »

« J’apprends à communiquer ce que je vis et à me débarrasser de la honte. »

«J’ai brûlé la victime en moi. »
« J’ai renoué avec le plaisir de vivre! »

« Le groupe, son accueil et son amour, c’est très important. J’ai aussi ressenti beaucoup d’empathie pour les autres et je vis maintenant beaucoup de reconnaissance. Je ne refoule plus mes émotions et je me respecte mieux. »

En images

Centre de services de justice réparatrice (CSJR)

Le CSJR vise à aider des personnes touchées par un acte de violence en les accompagnant dans un processus réparateur basé sur le dialogue. Il cherche également à faire connaître la justice réparatrice dans la collectivité.